Entre moquerie et harcèlement, il n'y a qu'un pas

mon fils est victime de harcelement

Tout parent qui se respecte veut protéger ses enfants. Face aux dangers de la vie, aux maladies, mais aussi contre les « méchants » quel qu’il soit. Pour certains, ils sont même prêts à faire la guerre aux enseignants, même s’ils sont dans le faux ou s’il s’agit juste de querelles d’enfant.

Alors imaginez lorsque l’on s’attaque réellement à leurs enfants !

Je comprends tout à fait cette manière de fonctionner ou du moins je peux l’expliquer. Mais personnellement, je n’ai pas cette attitude envers les autres. Je me fais souvent l’avocat de diable, en me mettant à la place des autres ou tout simplement en leur cherchant des excuses. 

Alors, lorsque Jules nous rapporte qu’il se fait embêter par une élève de sa classe, je préfère relativiser. Nous avions déjà vécu ça l’année dernière avec un autre petit garçon et au finale, cet enfant qui avait des fois un comportement peu approprié avait créé des liens avec Jules. Sa différence faisait qu’il n’avait pas réellement intégrer les codes sociaux. 

Mais cette fois-ci, les choses ont dévies. Les chamailleries d’enfant devenaient insistantes. Elle le suivait, l’agressait verbalement. Mais Jules avait toujours du mal à nous expliquer clairement. Ses récits étaient confus et certaines réponses nous faisaient douter dans ces réactions.

Était-il victime ou agresseur ? 


À force d’en entendre parler tous les soirs, j’ai été voir la Maitresse. Deux fois. Difficile lorsque l’on ne va jamais à l’école de comprendre, de discuter avec les parents, et donc de relativiser. C’est dès le premier rendez-vous qu’elle a parlé de harcèlement. Une fois de plus, j’ai minimisé les choses, excusant cette petite fille, et surtout tellement persuadé que ça ne pouvait pas arriver à mon fils. Mais lorsque les choses ont persisté, que la maman et l’enfant semblaient incriminés mon fils, il a fallu que j’en ai le cœur net. 

On a beau connaître nos enfants, leur inculquer des valeurs, leurs réactions peuvent être déplacées ou tout simplement mal appropriées. Ils sont face à une situation qu’ils ne connaissent pas et ils trouvent une solution, leur solution et pas toujours la meilleure. 

Jules recherche des amis à tout pris et il peut devenir insistant, limite pot de colle à trop vouloir s’intégrer. Mais comment lui en vouloir ? Ne pas aimer le foot est pour lui un deuxième handicap en plus ! Lors d’une deuxième rendez-vous, j’anime eu la confirmation.

Mon fils est victime de harcèlement.


J’avoue avoir encore du mal à me l’avouer. Tous les matins, il va dans cette école avec la boule au ventre et moi je ne peux que lui dire : « ça va aller, la Maitresse est au courant et surveille.» ce qui est vrai. Tous les adultes de l’école informé et veille au grain. Le harcèlement à l'école est pour l’instant minime mais n’en demeure pas moins une souffrance pour Jules. 

Curieusement, je ne peux m’empêcher de penser à cette petite fille, qui fait subir ça à mon fils mais qui doit elle même être mal dans sa peau pour infliger ça aux autres. 

Aujourd’hui, je ne cherche pas de solutions. Je fais confiance à l’équipe enseignante. Chaque matin, chaque soir, je motive Jules. Je lui explique bien que ce n’est pas de sa faute, mais je l’invite à réagir différemment aux attaques. J’essaie également du lui faire comprendre que l’amitié est long à se créer et qu’il faut être patient. Pas facile quand personne ne joue avec nous en récréation. Et pourtant, Jules est drôle, sympathique, sans jamais d'accès de colère. Certes il peut être très taquin, juste pour le plaisir, mais en amitié, il est fidèle et il se donne 100%. 

En attendant, le mot "harcelement" a été prononcé et Jules l'a très bien entendu. Il doit continuer à aller à l'école avec cette idée en tête, qu'aujourd'hui il est une victime. Je ne veux pas dramatiser ces évènements mais je ne veux surtout pas les minimiser. Difficile de faire la part des choses lorsque nous sommes loin d'eux.

28 commentaires

  1. Je suis comme toi, partagée entre mes doutes et la peur qu'il se passe vraiment quelque chose de sérieux. Mais pour ma part, quitte à ce que ce soit moi le pot de colle, je vais voir illico les maîtresses pour tirer les choses rapidement au clair. Je ne sais pas si j'agis bien ainsi mais c'est déjà assez difficile pour mon fils avec sa différence que je ne peux (ni ne veux) courir le risque qu'autre chose vienne tout détruire, la socialisation qu'il a acquise après de longues années de souffrance, son relatif bien-être que nous espérons pérenne, sa confiance en soi elle aussi acquise petit à petit de longues luttes ! Les cas de harcèlement et de moqueries sont ma hantise quotidienne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai appelé très vite aussi car je sentais en fait que ces propos étaient incohérent et surtout certains mots prononcés ne me plaisaient pas du tout. pas facile de gérer de loin ...

      Supprimer
  2. C'est tellement dur. J'en ai mal pour Jules, et pour vous. J'ai tellement peur de ça... surtout que Mam'Zelle M a tendance à se faire enquiquiner assez facilement. Et je ne sais absolument pas comment je réagirai face à une telle situation... j'espère de tout coeur que les choses vont s'apaiser très vite. Plein de courage à Jules ♥♥♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup. Personne ne sait comment réagir. Il faut prendre du recul je pense, être à l'écoute et ne pas montrer en inquiétude à l'enfant. Mais ca c'est en théorie.. dans la pratique, c'est plus compliqué

      Supprimer
  3. ma fille en a été victime au CM2, je compatis, par contre est ce que les parents de cette gamine ont été avertis ??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui ils ont été convoqué dès le premier "cas" de harcèlement. Mais il semblerait d'après ce que dis la petite fille que mon fils est responsable. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai voulu voir la maîtresse, pour être sure de ce qu'il se passait.

      Supprimer
  4. Oh la la, je ne sais pas ciment je réagirai. ..
    Bon courage à tous puisque c'est une affaire familiale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui complètement ... tou le monde subit sa souffrance, indirectement

      Supprimer
  5. Ca peut tellement aller vite à l'école... Et ça commence tôt... Ouistiti a été frappé au visage (et pas qu'une fois) l'année dernière... en petite section de maternelle...
    Plein de bisous à Jules <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui je confirme ! Minimoa aussi a un garçon dans la classe violent mais c'est envers tout le monde et je pense qu'il y a une pathologie derrière. C'est ce qui rend les choses difficiles aussi. On n'a du mal à avoir toutes les informations pour pouvoir juger et agir correctement. Ca va mieux maintenant ?

      Supprimer
  6. L'harcèlement des enfants, je connais que trop bien...
    Je ne comprends pas quelque chose, les parents et l'enfant ont incriminés ton fils? Les parents sont au courant de ce que leur fille fait subir à ton fils?
    Courage, ici Poupey a dû être descolarisée à l'époque tellement cela allait loin...
    Et en effet, souvent les harceleurs sont en souffrance, réagissent comme cela car ne savent pas faire autrement ou bien c est un moyen de se faire remarquer (pas des meilleurs on est d accord).
    Bises
    D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui les parents ont déjà été convoqué. Après je n'ai que les echos de Jules et de ce que lui rapporte cette petite fille. Peut être que les parents accusent mon fils mais s'ils n'ont que les echos de leur fille, comment se faire une idée ? et peut être que cette petite fille ment et que ces parents ne viendront. Dur de connaitre toute la véracité dans cette histoire car les enfants adaptent leur discours consciemment ou inconsciemment. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai demandé à la maîtresse si Jules avait un comportement correct. Difficile de gérer de loin.

      Supprimer
  7. je ne sais pas comment je reagirai si un jour cela devait arriver à mon fils ... j'avais deja peur que cela arrive à mon neveu ces dernieres années alors si c'est mon fils...

    En tout cas bon courage, j'espere que les choses se regleront vite pour vous tous et surtout pour jules!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je l'espère aussi. Merci beaucoup !

      Supprimer
  8. Ce n'est pas facile de faire la part des choses avec nos enfants :(
    Bon courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non en effet. Je trouve ça compliqué mais je ne voudrais pas laisser passer un vrai malaise

      Supprimer
  9. On veut toujours le meilleur pour nos enfants, alors j'imagine comme ça doit être difficile de vivre ça. Courage à vous ! C'est déjà super de pouvoir faire confiance à l'équipe enseignante. J'espère que ça deviendra vite un mauvais souvenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Oui je l'espère aussi ! Mais je crois qu'avec Jules cela va devenir récurrent. J'espère me tromper ...

      Supprimer
  10. Oui pas facile de faire la part des choses, n°2 m'a parlé d'un "copain" lui qui pourtant est très sociable mais aussi pas du genre à se laisser faire ça m'étonne. Sauf que son comportement a changé, il travaille moins à l'école, il a même fait pipi sur les murs (appel de la cantine) Donc moi je suis plus trash (et entre garçons c'est différent) je lui ai donc dit que la prochaine fois il lui en mette une (ouais c'est pas bien, blablabla) sauf qu'arrivé un moment j'applique le œil pour œil, dent pour dent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui t'es comme ça ?! ;) j'avoue que des fois j'ai très envie de lui dire ce genre de chose mais j'ai toujours peur que cela lui retombe dessus

      Supprimer
  11. Je suis comme toi, j'ai toujours tendance à vouloir penser que mes enfants se trompent peut-être sur les intentions des autres.
    Ma fille a connu le harcèlement en CP. Nouvelle dans l'école, des garçons plus grands passaient la récrée à l'embêter et lui dire des choses vraiment pas de leur âge. L'école a bien su gérer le problème.
    Aujourd'hui c'est mon aîné qui vit mal les remarques incessantes des autres sur sa taille et son poids, mais difficile de dire si c'est du harcèlement ou s'ils veulent juste le taquiner sans être méchant sans être là pour voir les comportements.
    Bon courage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui la limite est difficile à déterminer c'est ce qui m'a posé problème sur cette histoire. mais quand la maîtresse utilise le mot plusieurs fois, il n'y a plus de doute hélas.

      Supprimer
  12. Quel stress! Il est fort dommage que les parents de la camarade ne réagissent pas dans le bon sens. Tu as été présente pour ton fils c'est parfait, en cas d'harcèlement les enfants ont besoin de soutien, d'écoute et de reconnaissance. J'espère que tout va rentrer dans l'ordre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Oui j'espère aussi que ça va se tasser.

      Supprimer
  13. C’est flippant ce harcèlement scolaire. Je ne sais pas comment je réagirai si ça arrive à Emma

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu gères pas vraiment, tu subis en fait.

      Supprimer
  14. Je découvre juste ton article... Comment les choses se passent ? Est-ce qu'il y a une amélioration ? Je l'espère pour vous <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. coucou non helas, rien n'a changé ou du moins Jules est toujours aussi affecté. Les vacances lui permettent d'oublier mais j'appréhende le retour helas

      Supprimer