Handicap

Quand la déscolarisation est au bout du tunnel ...

Ce matin, j'avais rendez vous avec les psychologue scolaire pour faire un point sur la scolarisation de Jules.

Suite à deux matinées d'observation, il souhaitait me faire un retour sur son bilan. Il a entre autre fait le WISC IV.








Le résultat a été sans surprise. Son analyse correspond tout à fait au bilan de la psychologue ayant détecté le TDAH. Jules a un niveau inférieur aux enfants de son âge. Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais l'issu est sans appel, la demande de CLIS est nécessaire.

Pour une fois, je ne vais pas me plaindre, TOUS les professionnels qui entourent Jules sont d'accord avec cette réorientation. Moi même, je pense que c'est LA solution pour l'aider à avancer. Le circuit classique de l'éducation nationale ne peut plus rien faire pour lui. Il est temps d'adapter les apprentissages à ses capacités et ses troubles.

Un mal pour un bien ...

Si tout se passe bien, Jules intègrerait une CLIS en septembre. Concrètement, il serait dans une classe (maxi 12 enfant) ayant eux aussi des troubles, mais située dans une école 'normale".

Jules pourrait ainsi assister à des cours avec des enfants de son âge, et d'autres avec l'aide d'un enseignement spécialisé. Un programme spécifique, personnalisé lui sera ainsi proposé.

Alors on se met à réfléchir ...

Mais ce changement signifie aussi que l'on s'éloigne du cursus normal, et forcément cela m'inquiète. Car on sait très bien qu'un enfant en dehors du système éducatif français, ne peut y retourner. Pour le moment, le choix de cette CLIS offre encore cette possibilité. Tout peut arriver, tout peut se faire. L'acquisition de la lecture, l'écriture et les mathématiques sont la base qui pourront l'amener où il veut (ou presque).
Je ne rêve pas de grande études, ni d'un métier prestigieux pour Jules. Je lui souhaite juste de se sentir heureux. Mais pour ça, il doit au maximum continuer dans le circuit scolaire, même s'il prend des chemins parallèles.


Mais s'il n'y arrivait pas ? si ces blocages persistaient ?

Alors je m'inquiète .... un peu. Tout en sachant que ce choix, l'orientation vers une CLIS, est une évidence et ne peut être que positif pour lui. Mais je sais aussi que c'est sa dernière chance pour réussir. Mais soyons d'accord, une réussite sans ambition, juste pour qu'il se sente comme les autres, malgré sa différence.

Pour l'instant, Jules ne sait pas que nous avons fait cette demande. Je lui ai déjà dit qu'un jour il devrait peut être aller dans une autre école, sans forcément épiloguer dessus.

Mais le jour où ce changement devra se faire, la pilule sera difficile à passer. Jules va avoir du mal à accepter la séparation avec ses camarades. Il ne comprend toujours pas pourquoi il a du rester au CP, donc quitter son école, son univers, à deux pas de la maison ... ca risque d'être un déchirement pour lui.


J'espère que nous aurons très vite la réponse de la MDPH, et savoir ainsi où il commencera sa nouvelle vie d'élève. 

Ces billets devraient te plaire

9 commentaires:

  1. Ayant cette semaine assisté à une équipe éducative pour un de mes élèves ayant un TDAH et connaissant le fonctionnement des CLIS (puis ULIS au collège), c'est effectivement une excellente solution pour parer aux difficultés. L'objectif de ses classes est également (notamment au collège) d'inclure les élèves dans certains cours (de plus en plus nombreux avec le temps) puis de les réintégrer dans le cursus traditionnel (c'est dans tous les cas la façon dont nous fonctionnons dans mon établissement). Les élèves, lors de leurs inclusions sont d'abord épaulés par une AVS, puis au regard de leur autonomie et de leurs résultats peuvent ensuite rejoindre les classes seuls. Ton petit Jules s'éloignera du cursus "classique" dans le but de mieux y retourner!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'espère !! j'y crois à fond mais je sais également que pour certains enfants c'est un pas en dehors et du coup ca me fait peur. On ne sait pas ce que l'avenir nous dira. Merci pour tes explications et ton commentaire

      Supprimer
  2. Franchement, si tous les enfants pouvaient sortir du système éducatif tel qu'il est aujourd'hui ils devraient le faire sans hésiter. Il n'a plus d'âme. Il ne fabrique que des enfants frustrés, stressés. Trop de pression, trop de compétition. Les profs sont contraints dans un moule et dès qu'ils ont un semblant d'initiative qui pourrait rendre la classe plus intéressante, ils sont brimés!
    En tout cas soit certaine que si c'est son bonheur que tu souhaites, il aura plus de chance de le trouver en dehors du système actuel :)
    Je vous souhaite le meilleur poru lui

    RépondreSupprimer
  3. S'il est vrai que les élèves qui sortent du circuit classique le réintègrent rarement du fait que leur "handicap" ou leur retard cognitif ne s'est pas résorbé, c'est quand même arrivé, j'en ai vu quelques un dans ma carrière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc tout est possible ! merci beaucoup

      Supprimer
  4. Le changement va être difficile au début certainement mais quand il verra les bienfait de ce changement , il revivra!! Je suis sure que tout va bien se passer et tu seras toujours là pour le soutenir!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour ces encouragements. je pense en effet que de se retrouver parmi des enfants en difficulté comme lui, ne pourra que lui être bénéfique.

      Supprimer
  5. Comme je comprend ton inquiétude. Mais ça semble être la meilleure solution pour lui, je ne peux que croiser les doigts pour lui, pour vous.
    Courage...

    RépondreSupprimer