Lecture

Le choeur des femmes de Martin Winckler

L'histoire

Je m'appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m'oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de " Médecine de La Femme ", dirigée par un barbu mal dégrossi qui n'est même pas gynécologue, mais généraliste ! S'il s'imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement. Qu'est-ce qu'il croit ? Qu'il va m'enseigner mon métier ? J'ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer, réparer et reconstruire le corps féminin. Alors, je ne peux pas - et je ne veux pas - perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur coeur et raconter leur vie. Je ne vois vraiment pas ce qu'elles pourraient m'apprendre.


Mon avis : J'ai beaucoup aimé ce livre, qui comme le laisse suggérer le titre et l'histoire, va nous ouvrir le coeur ... le choeur des femmes. On aperçoit toutes les inquiétudes, les souffrances, les vies des femmes et de leur relation avec leur gynécologue, au travers de récit et de témoignages de femmes, toute génération et origine confondu.
Martin Winckler est en plus d'être écrivain, un médecin connu entre autre pour son site sur la contraception. Son livre prend ainsi un tout autre sens car on comprend que ce que vivent ces femmes est loin de la fiction. Il nous atteint en plein coeur, et nous fait réfléchir sur la médecine et son approche, et sur notre propre relation avec notre médecin. 

Certains passages sont un peu long et la fin un peu trop romancé à mon goût, mais le message principal du livre est tellement, tellement marquant que l'on oublie ces aspects. C'est tout à fait le genre de livre à faire découvrir à ses filles, dès 14 ans et pour ainsi entamer une discussion à coeur ouvert avec elle, sur la contraception, son corps et la médecine.

A découvrir sans attendre, Le choeur des femmes de Martin Winckler 

Ces billets devraient te plaire

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire