Enfants

Un dimanche soir pas comme les autres

15 novembre Jules etmoa 2 Commentaires

J'ai hésité avant d'écrire ce billet. Je ne parle jamais d'actualité sur ce blog car je ne trouve pas que ce soit le lieu. Mais ce soir, au moment de coucher les enfants, je me suis rendue compte que ce que nous vivions dans notre foyer, faisait également partie du blog ou du moins de Jules et P'tit Loup.

Car ce soir, pour la deuxième fois du weekend, il a fallu que j'explique aux garçons, ce que moi même je ne comprends pas.


Difficile de mettre des mots sur quelque chose qui parait tellement irréelle. Pourtant parler de terrorisme, de guerre, de fou à des enfants, MES enfants, me remets les pieds sur les terres. Je me prends tous ces événements en pleine face.

Leur innocence, leur fraicheur d'enfants me montrent encore plus à quel point tout ceci est insensé. Je vois bien à leur réaction qu'ils ne comprennent pas. Ils comparent ça à leur guerre d'enfant, à leurs amis qu'ils ne comprennent pas toujours. Et moi à côté, j'essaie de faire prendre conscience d'un acte si abominable, sans pour autant vouloir leur faire peur.
 
Demain, ils vont commencer à réaliser tout ça mais je ne sais pas dans quelle mesure. Depuis samedi, des vigiles apparaissent dans les magasins et leurs activités sont annulées. Pourtant autour de nous, rien n'a changé en apparence. Demain, les maitresses leur en parleront ainsi que leurs camarades de classes. Je sais que Jules en parlera aussi avec ses taxis également.

Demain soir, je leur en parlerai de nouveau. Je leur ai déjà dit d'aileurs qu'ils ne devaient surtout pas hésiter à nous en parler : s'ils avaient peur, s'ils avaient des questions, ... Ils ne réalisent pas. Et moi non plus j'avoue.

Vous aimerez aussi

2 commentaires:

  1. Pas facile à expliquer aux enfants, on en a parlé à notre puce seulement hier après midi, sans entrer dans les détails, et surtout sans image. J'aurais préféré ne pas le faire, elle est trop petite, mais ils vont sûrement en parler à l'école ce matin ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour Charlie je n'avais rien dit, mais l'école et les personnes autour s'en sont chargés. Cette fois ci j'ai pris les devant mais c'est dur

      Supprimer