Handicap

La médicamentation .. un an après

27 juillet Jules etmoa 7 Commentaires

Il y a un an, j'étais en pleine tourmente. Le choix de mettre Jules sous médication se posait à nous et j'avoue que je ne savais quoi penser. Il faut dire qu'on en lisait des choses et donner des stupéfiants à son enfant, même pour son bien être, est une décision dure à prendre.

Un an après, je peux enfin en parler en tout objectif (ou presque). Bien évidement, ceci reste notre expérience, et ne peut en aucun cas servir de généralité. Chaque enfant est différent, chaque trouble est différent.





Jules a donc débuté le traitement il avait 7 ans 1/2 pour sa rentrée en CP (sa deuxième année). Il a été sous concerta LP 18 mg tous les jours de la semaine, excepté le dimanche et la moitié des vacances scolaires.

Les avantages
Jules était plus calme, plus posé. Sa concentration a été nettement amélioré. Les sorties (lieux publics, ciné, ...) sont devenus beaucoup plus agréables car il se contrôlait plus et était plus obéissant.
A l'école, la maîtresse a également vu la différence. Elle a pu mettre d'avantage de chose en place pour l'aider dans les apprentissages.

Les inconvénients
Je vous avais déjà parlé, mais Jules a comme beaucoup d'enfant, subit les effets indésirables : baisse d'appétit, difficulté à s'endormir et légère dépression le soir.
Concernant son appétit, il semble avoir réussi à se réguler seul en compensant le soir et le matin. Il a pu ainsi poursuivre sa croissance, sans aucune conséquence.
Pour l'aider à s'endormir, j'ai changé le rituel du soir. Nous avons pu ainsi limité le manque de sommeil (et notre énervement). Nous aurions pu le mettre sous mélatonine, mais je ne voulais pas ajouter un autre médicament.
En revanche, nous n'avons pas trouvé de solution pour ces déprimes du soir, à part les câlins, les discussions et l'écoute.

Un an après, nous avons tout de même décidé d'arrêter le traitement. Car pour Jules, malgré un effet incontestable, cela ne l'a pas aidé dans ses acquisitions scolaires. Il était peut être plus posé, mais pour autant pas disposer à apprendre/comprendre.

L'année prochaine, Jules ira en CLIS. (Normalement), fini les méthodes d'apprentissage classique. De nouveaux dispositifs vont être mis en place pour l'aider.

Alors peut être que nous recommencerons le traitement si l'on sent qu'il en a besoin. mais pour l'instant, nous avons décidé avec l’hôpital de jour, qu'il ferait sans.

Depuis fin juin, Jules n'est plus sous concerta. Les premiers jours ont été un peu difficile pour nous. On avait l'impression qu'il revivait et que son énergie était décuplée. Et puis, petit à petit nous avons retrouvé notre Jules. Il remange comme 15, n'écoute rien, part dans les sens, énerve son petit frère, mais avec le sourire et toute la désinvolture dont il peut faire preuve.

Vous aimerez aussi

7 commentaires:

  1. c sur que ca doit pas etre facile ce traitement pour lui !!
    mais si vous l'avais arreter et que tu la un peu retrouver c un bon point !!
    et puis si vraiment comme tu la dis vous voulez pas qu'il es pour la rentré bin c votre choix !! en tout cas j'espere que tout ce passera bien
    des bisous et courageee

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous avons pris cette décision avec les professionnels qui le suivent.On verra en effet comment ca se passe à la rentrée.
      merci bises

      Supprimer
  2. C'est difficile de savoir si c'est mieux sans traitement mais si l'hôpital et vous constatez que seul le comportement de Jules change et que son apprentissage ne progresse pas, mieux vaut le retrouvez comme il est et supprimer le traitement.
    Vous verrez bien avec l'hosto et la nouvelle école en temps et en heure!
    Mais Jules a t il compris que son médoc avait tous ces inconvénients ?
    Bises à vous tous !

    ALTO

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui il s'en rend compte sans savoir exactement l'exprimer. En tout cas il n'aime pas le prendre et préfère être sans.
      Merci beaucoup pour ton mot <3
      bises

      Supprimer
  3. J'espère qu'il sera intégré en CLIS et que vous trouverez une nouvelle organisation qui convient à toute la famille, pas facile de savoir si on prend la bonne décision en tout cas bravo à toi pour cette année, le soutien, le suivi et les remises en question pour ton fils ♥

    RépondreSupprimer
  4. J'imagine comme le choix a pu être difficile, un vrai dilemme ! C'est bien si vous avez pu prendre cette nouvelle décision en concertation avec les médecins. Je croise les doigts pour la CLIS alors !

    RépondreSupprimer