Enfants

Mon grand garçon

09 février Jules etmoa 2 Commentaires

J'en ai écrit des billets pour vous parler de lui, de son sale caractère. Je me suis inquiétée de sa relation avec son frère, et celle à venir avec sa soeur. 

Les pleurs, les cris, les coups, je ne savais jamais comment réagir à ses excès, à ses réactions des fois inappropriées.







Et puis j'ai commencé à l'écouter, être à ses côtés à chacune de ses crises. Je me suis mise à sa portée, essayant au maximum d'être zenAlors forcément, être à la maison aide. Les enfants sont mon unique priorité et je peux à la sortie de l'école me consacrer entièrement à eux. Rien ne vient polluer mon esprit lorsque je suis avec eux, et surtout je peux prendre le temps de jouer, discuter.

Je ne peux pas dire que cette méthode a fait toute la différence. Que si vous vivez la même chose, vous réglerez le problème en suivant ce conseil.
Je pense surtout qu'il a grandit, tout simplement. Que du haut de ses 5 ans et demi (oui c'est important !), il gère mieux ses émotions et sa relation aux autres.

Mais je pense que d'avoir pris du temps avec lui, seul, a permis d'accélérer les choses. J'ai pu lui montrer qu'il était tout aussi important que son frère (il est vrai que Jules prend beaucoup de place). Je pense lui avoir fait comprendre que ses cris, ses énervements ne menaient à rien. Que chacun de ses comportements négatifs ne l'aidaient pas à obtenir ce qu'il voulait. Que la réussite de quelque chose ne tenait qu'à sa persévérance, et que nous étions là, toujours, à ses côtés pour l'y aider.

Cette semaine, j'ai découvert un autre enfant : gentil, prévenant, câlin. Il s'est rapproché de sa soeur, lui qui jusqu'à présent ne cherchait qu'à jouer avec elle, et qui passait aussi beaucoup de temps à l'ignorer.

Pour la première fois, j'ai senti qu'il comprenait que son frère était différent. Je n'ai plus vu ce comportement jaloux, qu'il pouvait des fois nous montrer. Au contraire, il est venu en aide à Jules, et lui a montré tout son amour, de manière beaucoup plus démonstrative.

Ces dernières semaines, mon bébé est devenu un grand garçon, MON grand garçon. Lui qui râlait aussi souvent qu'il riait, il est en train d'inverser la balance. Quand je le regarde, je suis fière de lui, de ce qu'il est en train de devenir. 

Je sais que ce "combat" n'est pas terminé, qu'il va falloir être vigilant pendant de nombreuses années et lui montrer que nous l'aimons, autant que son frère et sa soeur. Mais pour la première fois, j'ai le sentiment de comprendre ce qu'il cherche à nous dire depuis de quelques temps.

Vous aimerez aussi

2 commentaires: