Moa

Arrêter de réfléchir ...


Tu le connais toi, ce petit vélo dans la tête ? celui qui te fait cogiter jour et nuit, sur la vie, le travail, les enfants. Le mien, il n'arrête jamais. Chaque geste, chaque choix, chaque événement, sont pour moi l'occasion de le faire tourner.


"Mais pourquoi il a fait ça ?" "et si je faisais ça, peut être que ça irait mieux?" "tu crois que ...?" "non mais il faut se mettre à sa place ..."

Autant  d'interrogation, de questionnement, de remise en question et forcément de manque de confiance en soi qui au final, ne fait que polluer mon esprit. Pour le coup, je pense que ma charge mental à moi, elle est là. Toutes ces conversations que j'ai avec moi-même, ses doutes qui m'envahissent quotidiennement et ne m'aident pas toujours.

Chez moi, la remise en question est permanente, quelque soit le sujet. J'ai besoin de comprendre pourquoi les gens réagissent comme ça, allant jusqu’à me mettre à leur place et à leur trouver des excuses. Ce fonctionnement m'aide à ne pas m'emporter, et à ne voir que le côté positifs des choses car très souvent j'aime me l'avocat du diable. Mais à trop vouloir faire de mon mieux, je n'obtiens pas toujours le résultat escompté. Je ne parle pas de vouloir être la femme, mère, épouse parfaite. Non. Juste être celle qui sera porteuse de valeur qui me ressemble.

Alors forcément, les enfants sont un vrai challenge pour moi. Jules m'a tellement fait douté, et surtout m'a obligé à me remettre en question tellement de fois, que je suis dans le doute et le questionnement perpétuellement. Ajoutez à ça, mon attirance pour la psychologie et vous n'imaginez pas à quel point ma tête peut exploser.

Et puis il y a cette rencontre, ces échanges et ces phrases qui me laissent sans voix : "Arrêter d'anticiper les réactions des autres", "arrêter de réfléchir sur tout" et "arrêter de parlementer". Sortie du contexte, cela peut paraître dur mais en réalité, elles sont tellement justes. A trop vouloir réfléchir, on fausse inconsciemment les cartes.

Ces phrases m'ont été dites par la psy de P'tit Loup. Elles s'appliquaient pour lui et son comportement des fois difficiles à gérer. Mais je me rends compte que je devrai le faire pour toutes les situations, si je ne veux pas que ma tête explose.

J'ai donc décidé d'arrêter. Fini de prévoir les réactions, de les analyser, de les comprendre. J'ai envie de stopper ce vélo et profiter plus de ce qui se passe au moment présent.

Je voudrais apprendre à ne plus devancer les choses, ni même extrapoler.... je parle toujours d'un point de vue humain et non matériel. Cela ne va pas se faire du jour au lendemain (surtout que les gens autour de moi ne m'aident pas toujours) mais il parait que même à mon âge, on peut changer. Alors ?!


Toi aussi tu réfléchis trop ?

Ces billets devraient te plaire

6 commentaires:

  1. ET sinon pour les petits vélos dans la tête en fleur de Bach tu as le White Chestnut... A faire sur au moins deux mois pour toi :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. lol 2 ou 3 ? ;)
      Merciii pour tes précieux conseils <3

      Supprimer
  2. oh oui je reflechis enormement trop moi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait peut être faire des pauses alors ;)

      Supprimer
  3. Oh que oui, c'est un gros problème pour moi aussi (d'ailleurs j'ai une bonne tendance à l'insomnie qui vient totalement de là). Mais pour le coup j'ai l'impression que j'ai vraiment besoin d'anticiper, dans tout, tout le temps. Et je sais qu'une partie de mon problème vient de là, oui. Je suis vraiment atteinte cela dit car j'ai l'impression que si je ne le fais pas je suis négligente, en quelque sorte, enfin ce n'est pas facile à expliquer ! Je suis folle quoi ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah mais oui !! l'insomnie est une résultante directe ! Il est important d'anticiper le côté matériel mais pas le côté psychologique en fait .. une différence pas toujours facile à faire

      Supprimer