Moa

Changer de vie, changer de travail

13 octobre Jules etmoa 6 Commentaires

Depuis un mois, ma vie a changé. Après 7 années de bons et loyaux services (enfin presque), j'ai changé de travail.
J'avoue que l'on m'a un peu forcé la main. Un changement de direction, des objectifs différents et me voilà à devoir retrouver un poste.
J'aurais aimé rester .... j'aimais travailler avec mes collègues, l'ambiance était sympa et surtout on se connaissait depuis longtemps. Mais voilà, des hommes changent et le travail change.



Dès mon congé maternité, j'ai commencé mes recherches, enfin dès janvier. Mais en vain. Il y a des secteurs comme ça où les postes se font plus rares. J'avais mis du temps à me remettre dans la rédaction de mon CV, mais c'était encore une chose assez accessible.
Mais 3 jours après ma reprise, THE annonce est tombée. Celle qui te fait dire c'est pour moi !!! Là les choses sérieuses commencent avec tout d'abord cette lettre de motivation. Elle se veut à la fois formelle, mais ne veut pas toujours dire grand chose et pourtant c'est elle qui peut faire la différence. 7 ans que je n'avais pas travaillé sur un tel exercice. Pourtant, mon travail m'oblige à rédiger, mais pour autant, le syndrome de la page blanche m'a frappé. Heureusement, il y a les amis pour aider.


Ensuite, arrive l'étape des entretiens. Peut être la plus difficile. Celle où tout se joue en quelques minutes. Tu dois à la fois te vendre, montrer de quoi tu es capable, sans pour autant te vanter ou donner une image trop prétentieuse. Pas facile. Là aussi, j'avais oublié à quel point c'était difficile.

Pourtant, deux mois plus tard, je pouvais enfin sauter partout car je l'avais ce poste.

Début septembre, après un bon mois de vacances, j'ai donc intégré une nouvelle équipe, plus grande, dans une entreprise plus grande aussi. J'étais à la fois excité et stressé. J'avais tellement de me sentir de nouveau utile mais la peur au ventre de ne pas être à la hauteur. J'ai beaucoup appris sur le terrain et seule .... pas toujours la meilleure école.

Un mois maintenant que j'ai changé de vie et je ne regrette rien. Je travaille avec plus de gens, ce qui pour une personne comme moi est idéal : j'aime le contact, les échanges et pour le coup je suis servie.
Côté boulot, je m'aperçois que je gère. Je ne suis pas la meilleure à mon poste mais je me connais assez pour connaitre mes lacunes, et n'hésites pas à aller voir les autres. En face, j'ai des personnes réceptives qui tout comme moi on envie de partager.

Alors vous allez me dire, la vie est belle ... oui presque. Parce que ce changement de travail a tout de même chamboulé notre vie. Moralement, il n'est pas facile de franchir sa ligne de confort, celle qui te fait rester au chaud à un poste que tu connais, que tu maîtrises. Alors certes l'adrénaline te fait avancer, mais elle te fait passer des nuits un peu plus difficile.

Et puis ce nouveau poste, c'est aussi un éloignement de la maison. Alors ca va il ne s'agit que d'un quart d'heure, soit une demi heure par jour, mais ajoutez à ca 2h de travail hebdomadaire et voilà ma vie au quotidien toute chamboulée.

Alors je sais qu'il y a pire, que je rentre à une heure encore raisonnable mais je n'étais pas habituée. Depuis que j'ai les enfants, j'ai toujours été là assez tôt pour m'en occuper, gérer les devoirs de Jules. J'avais même le temps le soir de jouer avec eux. Maintenant, nos soirées ressemblent plutôt à une course contre la montre. 

Dans quelques mois, nous aurons tous pris le rythme, ce nouveau rythme. Mais en attendant, on court, on jongle, bref nous sommes des parents.

Vous aimerez aussi

6 commentaires:

  1. Si cela te permet de t'épanouir professionnellement, alors tu as pris la bonne décision. Le reste, c'est juste un peu d'organisation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. complètement !!! et je crois qu'on commence à y voir un peu plus clair (enfin j'espère lol)

      Supprimer
  2. allez courage c clair c pas facile mais comme tu dis bientot le rythme va s'installer
    des bisouss

    RépondreSupprimer
  3. Que de changements c'est bien même si c'est dur au début .
    Je suis en plein bilan de compétences pour pouvoir changer et mieux s'épanouir car ras le bol de bosser le samedi et de finir tard alors je te comprends quand tu dis courir tout le temps

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dur de travailler quand les autres ne travaillent pas. le décalage est difficile à vivre. J'espère que ton bilan de compétence t'apportera ce que tu cherches

      Supprimer