Enfants,

Et si la patience était notre alliée ?

22 janvier Jules etmoa 10 Commentaires

J'ai souvent exprimé ma colère face à l'incompréhension de l'école.
Hier, pour la première fois en deux ans (avec cette maîtresse en tout cas),
j'ai réalisé qu'enfin elle avait compris.

troubles autistiques, trouble envahissant du développement, dysharmonie évolutive

Elle a compris que Jules était réellement différent
(et pas juste un peu),
qu'il ne le faisait pas "exprès" et surtout que le bousculer
(je ne parle pas de violence hein ?!)
ne donnait pas toujours des résultats.
Que c'était plus compliqué...

Un peu comme nous parent face à l'acceptation,
la maîtresse de Jules vient de passer un cap.
Elle vient de comprendre qu'il fallait aller au delà de son ego.

Depuis le début,
chaque remarque que nous faisions sur les difficultés de Jules
était prise comme une attaque contre son enseignement.
Il faut dire qu'elle a connu quelques déboires avec d'autres parents.
Nous (parents, professionnels extérieurs), tout ce que nous voulions,
c'était mettre le doigt sur SES difficultés à lui.

Hier, elle m'a enfin fait part de ses questionnements :
son envie d'aider Jules, de mettre des choses en place.
J'ai senti qu'elle avait fait une analyse sur les acquisitions de Jules
(j'en reparlerai),
et sur les moyens qu'elle pourrait mettre en place pour l'aider.


Mais surtout,
elle a enfin exprimé les difficultés qu'elle avait à s'occuper de Jules
comme elle le voudrait,
tout en continuant à suivre le programme pour les autres enfants.

Pour tout dire,
après avoir discuté avec elle d'outils pédagogique,
elle m'a même rappelé à la maison pour me donner des précisions !

Une étape vient d'être franchie.
Je ne sais pas si elle ira jusqu'au bout de ces envies mais
en attendant, son discours m'a plu.

Je l'ai du coup encouragée, remerciée.
J'ai essayé de lui montrer qu'on avait besoin d'elle,
pour que Jules grandisse.

A suivre ...

Vous aimerez aussi

10 commentaires:

  1. c'est une super bonne chose si la maitresse a accepter que jules était différent et surtout si elle est prete a faire des choses pour lui je suis super contente pour jules et vous

    RépondreSupprimer
  2. C'est une bonne maîtresse, mon petit frère est différent et à son école il a toujours subis moquerie, injustice etc... et tous professeurs qu'il a eu été bien des cons, désolé du terme mais il n'y a aucun autre terme.
    Contente que les choses vont avancer dans le bon sens. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas facile de faire accepter une différence à l'école mais c'est encore plus dur quand il s'agit d'adultes !
      Merci :)

      Supprimer
  3. ALors ça c'est vraiment génial, en effet c'est une étape décisive pour vous tous ! Elle, Jules, et vous les parents !
    TOut le monde va se sentir mieux devant la situation !
    J'attends avec impatience ton billet sur les outils mis en place :)

    RépondreSupprimer
  4. Superbe nouvelle, ce fut long mais le principal est que cela paye ;)
    J espère que cela va continuer ;)

    D.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai eu le phénomène inverse cette année, en début d'année convocation, la maitresse ne s'en sortait pas , notre fils était inattentif, distrait au possible désorganisé... Elle ne parvenait pas a le gérer ainsi que le reste de la classe. On lui explique le trouble anxieux (a l'époque le seul véritable diag), et la suspicion de TDA qu'avait fait le pedopsy mais il voulait voir ce que ca donnerait en CP. On met alors en place de la psychomotricité, on active pour faire le teach et avoir un diag. Je met en place la méthode barkley a la maison. Et je fais bosser mon fils chaque soir 1h a 1h30. Résultats en fin d'année mon fils avait les acquis de fin de CP, et ses difficultés étaient si bien compensé que la maitresse maintenant nie les difficultés de notre fils et refuse les adaptations (la psy scolaire aussi est pasée par la...)


    L'an prochain on va devoir recommencer avec une autre enseignante, et l'année d'après encore une autre... et chaque fois faut laisser du temps et patienter que l'enseignant prenne conscience des difficultés , en attendant notre enfant souffre. Ca serait si simple de faire confiance aux parents quant ils prennent le temps de venir expliquer les difficultés de l'enfant son fonctionnement et les adaptations qui ont fonctionné jusqu'à la ou que préconisent les spécialistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais comme ils aiment à nous le dire ...nous sommes les parents et donc pas objectif !! (tiens a me fait penser à mon billet du jour).
      Je trouve dommage surtout qu'on n'arrive pas à avoir des rapports d'adulte avec seul but le bien être de l'enfant.

      Supprimer