Handicap

Pleurer devant son enfant ...

La semaine dernière j'ai pleuré.

Cela ne m'arrive pas souvent,
Car j'essaie toujours d'être forte, de positiver.
Mais la pression (professionnelle, personnelle) est tellement forte que des fois,
les vannes s'ouvrent.



Craquer n'est pas une faiblesse, juste un moyen de lâcher prise.

Sauf que cette fois ci, c'est devant mon fils que j'ai pleuré.
Pas de douleur non .... mais de chagrin.
Je n'ai pas réussi à lui cacher mes sentiments.

Devant Jules, j'ai pleuré.
J'étais convaincue de faire le bon choix,
que cette décision d'inscrire Jules dans un hôpital de jour
était la bonne décision.

Et pourtant, au moment de dire "OUI, allez y",
je n'ai pu retenir mes larmes.

J'essaie au maximum de préserver mon fils des difficultés de la vie.
Je ne le mets pas sous une cloche, loin de là,
mais je trouve qu'à 6 ans,
il y a des choses que l'on n'a pas besoin de savoir ou de voir.

Voir sa maman pleurer,
a laissé Jules sans voix, sans réaction.
Heureusement que la pédo-psy était là pour lui expliquer.
Je n'en aurais pas été capable.

Elle lui a tout simplement dit que je m'inquiétais pour lui.
Que nous devions faire des choix avec son papa pour son avenir,
et que j'étais perdue.

Perdue c'est le mot.
Internet nous permet de nous renseigner,
de rencontrer des personnes.
On s'informe et l'on croit savoir.
Mais ce n'est qu'une impression.
Nous sommes convaincus puis plus du tout.
On passe d'un état de confiance, d'optimisme,
à une situation bancale, pleine de doute.

Les médecins s'affrontent quand il s'agit d'autisme
ou de troubles envahissants du développement,
emmenant avec eux dans leur guerre les parents.
Je ne vous expliquerais pas ce conflit qui les oppose,
car moi même je n'ai pas tout compris.
Je sais juste qu'ils ont entraînés mes convictions vers le doute.

J'ai fait confiance à mon instinct maternel,
à mon premier ressenti.
Je suis allée jusqu'au bout de notre décision, au papa et moi.
Je fais confiance aux médecins qui nous entourent.
Ils n'ont jamais rejeté la faute sur nous,
comme certaines familles le vivent.
Ils sont à nos côtés et nous soutiennent.
Mais je reste encore dubitative sur tout ce que je peux lire.

Je vais continuer à lire, à m'informer.
Mais je continuerais aussi à faire confiance en mon instinct.


Avec Jules, nous n'avons plus évoqué le sujet.
Mais rien ne sera plus jamais comme avant.

Maintenant, il sait que je souffre pour lui,
que je m'inquiète pour lui.


Mots Clés : TED, troubles envahissant du développements, autisme, dysharmonie évolutive, pleurer devant son enfant, julesetmoa

Ces billets devraient te plaire

12 commentaires:

  1. Ca me choc pas de voir une mère pleurer devant son enfant. Ca leur montre que les larmes font partie de la vie, que ce n'est pas une honte et qu'il y a pleins de raisons pour pleurer.

    De souvenir d'enfants, je ne me rappel pas avoir vu ma mère pleurer. La 1ere fois j'avais 16 ans, elle venait de perdre son frère. C'était la 1ere fois en 16 ans! alors qu'on a enterré des tas de gens et eu des tas de problèmes!
    Je me rappel , ca m'a perturbé car je croyait que ma mère était un roc!

    Pour ma fille je fais le choix de pleurer si un jour quelque chose me touche trop pour que je me retienne, parce que maman n'est pas un roc, c'est une humaine avec un coeur.
    ca casse le mythe mais ca la pertubera surement moins que moi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pleurer à cause de lui m'a posé le plus de problème en réalité.

      Supprimer
  2. C'est dur et tu as beaucoup de courage. Et ton fils sait aussi ça, que tu es une maman formidable et très courage.
    Bises

    RépondreSupprimer
  3. Moi ça m'est déjà arrivé de pleurer - une fois - pas loin des enfants, quand j'ai perdu ma grand-mère (je précise que je suis un mec). J'ai pleuré très fort, sans pouvoir m'arrêter, pendant plusieurs minutes, dans les bras de ma femme. Forcément tout occupé à ma peine, je n'ai pas trop fait gaffe aux enfants : est-ce qu'ils m'ont vraiment vu ou pas, je ne sais pas, mais je pense qu'ils m'ont entendu, et ont dû être choqués. La question de leur expliquer ne s'est pas posée puisque de toute façon il fallait leur dire pour leur arrière-grand-mère... Donc je leur ai expliqué que j'avais beaucoup de chagrin, ce qui était la stricte vérité. Personnellement, je ne me suis pas dit qu'il s'agissait d'un moment de faiblesse et qu'il aurait mieux valu que les enfants ne voient pas cela : personne n'est parfait, les gamins le constatent tous les jours (ou presque) quand leurs parents s'énervent pour un rien, les grondent à tort, disent des gros mots... Cela arrive à tout le monde, les parents sont des êtres humains comme les autres, emplis d'émotions, et celles-ci sortent forcément d'une manière ou d'une autre. Je pense qu'il est même souhaitable de montrer à ses enfants qu'on a le droit de montrer ses émotions.
    Tout ça pour dire : ne t'en veux pas d'avoir pleuré, la situation est j'imagine très difficile (tu expliques bien tes doutes permanents) donc cela est plus que normal...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup pour ses mots encourageants <3

      Supprimer
  4. l'autre fois j'ai pensé àtoi en regardant PBLV (je sais c'est nulle mais moi j'adore)car un personnage a un frere autiste qu'on ne voit pas elle a dit que se frere elle ne le voyait pas souvent car il est dans un centre adapté, et j'ai pleuré car je me suis dit que peut etre tu vivras ca et que ca serait douloureux pour vous
    en ecrivant se commentaire j'ai les larmes aux yeux
    bisous ma belle et soyez fort !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne pleure pas ... je ne pense pas que ça nous arrivera car l'handicap de Jules n'est pas si important que ça. Il est vrai par contre que nous devons être fort, mais comme tout parents <3

      Supprimer
  5. Et oui, nous ne sommes pas des robots ! C'est important de montrer aux enfants que nous aussi, nous avons des failles !
    Oui, il a vu que tu "souffrais" pour lui ou plus exactement que tu t'inquiétais pour lui.. Mais, il sait aussi que tu l'aimes et que tu fais ça pour lui, pour son bien être ! Je ne peux pas imaginer dans quel état d'esprit tu te trouves (angoissée, stressée etc ..... ) Mais je suis de tout coeur avec vous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup .. Jules ne m'en a jamais reparlé. il a du comprendre tout ça en effet :)

      Supprimer
  6. ton article m'à bcp touché.... plein de bisous a toi jolie maman, qui fait de son mieux, toujours pour ses enfants, ne l'oublie pas <3

    RépondreSupprimer