Handicap

Il y a 6 ans ....

31 mai Jules etmoa 6 Commentaires

Cela faisait deux mois que je ne quittais quasi plus mon lit.
Des ouvriers refaisaient la toiture,
tandis que moi, je me reposais.
Mes journées étaient rythmées par le passage de la sage femme,
les séries télés ringardes, internet et les siestes.

Et puis, au cours d'une échographie de contrôle,
le verdict tombe :
"Madame, vous n'avez plus de liquide amniotique.
Vous avez votre valise ? on vous garde"

Là c'est le choc ! Je pleure !
Ça n'est pas possible ! mon fils ne doit arriver que début juillet !
La valise ? elle est quasi prête mais à la maison,
avec des affaires pour un beau bébé et non un préma !
Mes vêtements ne sont pas prêts,
je n'ai pas reçu mes commandes !
Et puis, nous n'avons pas de prénom,
et nous n'avons pas fait la reconnaissance anticipée de paternité !

J'arrive à me reprendre,
je convaincs le doc de me laisser partir en lui promettant de revenir le soir.
Nous sommes mardi 29 mai en début d'après midi.
Mon chéri travaille, je lui annonce la nouvelle :
tu seras papa demain !

Après des mois d'inactivité, me voilà donc à courir :
boutiques, mairie, impression de prénom ...

17h00 me voilà de retour à la maternité.
Je suis prise en charge, on m'installe dans la chambre,
on m'explique comment vont se dérouler les prochaines heures.

Le soir même, chéri me rejoint et on décide ensemble du prénom.
Oublié les prénoms réfléchis durant 8 mois,
ce sera Jules (enfin non mais pour le blog oui ;)).

Demain, nous serons parents ! nous n'y croyons pas du tout !

Mercredi matin
L'équipe décide de me mettre un gel pour déclencher les contractions.
Je vais souffrir le martyr. Pas de péridural car trop tôt,
et pourtant, mes contractions seront dignes d'un véritable travail.
Des gynéco passeront pour effectuer des toucher,
sans se présenter, sans me parler.
La sage femme censée être à mon écoute ne comprendra pas ma souffrance, mes peurs.
Je sais déjà que j'aurais une césarienne, je veux une césarienne :
Faites le sortir !!!!!

Heureusement, un ostéopathe voulant se spécialiser en maternité,
va me manipuler et m'aider à gérer les contractions.
C'est lui qui décidera la sage femme à me retirer ce gel,
qui n'aura aucun effet, sauf me faire souffrir.
L'après midi, il continuera à me manipuler,
provoquera des contractions mais sans réel succès.
A 18h, mon col est toujours à 2.
L'accouchement est remis à demain.
Je n'ai rien mangé depuis la veille.

Jeudi matin
Il me faudra attendre 9h00, pour savoir à quelle sauce je vais être mangée.
Les 48h approchent, ils ne peuvent pas laisser mon fils sans liquide encore plus longtemps.
Ils décident de me déclencher. Je vais très vite en salle de travail.
Les contractions vont apparaître assez rapidement.
La souffrance sera moindre que la veille,
mais les effets identiques.
12h : ils décident de me mettre la péridurale.
La sage femme va percer la poche des eaux.
Il reste à peine un verre.
Mon col bouge enfin, il est à 2, 5 (youhouhou).
J’appelle chéri : il arrive faut que tu rappliques !

J'en ai entendu des femmes passer, des bébés pleurer.
Pour ma part, à 16h, je serais toujours à 2,5.
Et le verdict tombe : on ne peut plus attendre,
nous sommes désolées mais nous allons devoir faire une césarienne.
Pour moi, j'étais déjà prête depuis le début. Je le sentais.

La péridurale est augmentée. Je serais endormie jusqu'à la tête.
La sage femme qui m'accompagne est une perle.
Elle m'expliquera tout, ne me laissant qu'une seule crainte :
que mon enfant ne pleure pas.

Je vais pleurer beaucoup durant l'opération ;
trembler, parler
(le chirurgien me demandera même de me taire car il n'arrive pas à me recoudre :p)
... mais je serais accompagnée.

Au moment où je sens qu'ils le sortent de mon ventre,
je guette, j'appréhende car je n'entendais rien ...
et puis c'est le soulagement : il pleure !
Ils me le présentent rapidement et l'emmène en soin.
Mon bébé va rejoindre son papa, je suis soulagée.

Je vais rejoindre mes deux amours en salle de naissance,
pour 2 heures de tête à tête.
Jules sera en couveuse mais tout va bien.
Nous sommes heureux.
Les premières visites arrivent. Pour nous, le plus dur est passé.
Durant cette première nuit, je vais laisser mon bébé aux sages femmes.
Je ne peux pas me lever, je suis fatiguée, je préfère.

Je vais le revoir dès le lendemain matin, beau comme un coeur.
Et puis, une pédiatre arrive.
Elle l’ausculte, m'explique qu'il y a eu un petit soucis ce matin au bain.
Elle repart, referme la porte. Tout semble très bien aller.

Je l'observe de mon lit et là je le vois pleurer, s'arrêter et devenir tout bleu.
Je panique. J'appelle les infirmières. C'est une petite jeune qui arrive.
Elle ne sait pas quoi faire. elle court chercher ces collègues mais referme la porte,
me laissant seule avec mon enfant, bleu, sans rien pouvoir faire.

Ces quelques secondes vont me paraître interminable ..
Elles l'emmèront, l’oxygéneront. 
Il sera très vite conduit en néonatologie pour une surveillance plus poussée.
Durant 12 jours, il va subir tous les possibles : coeur, poumon, etc...
Il va voyager à une vitesse incroyable en ambulance (jusqu'à 190 km/h) 
(ca vient peut être de là sa passion pour les véhicules, tiens ? ;)),
tandis que moi, je vais partager des kebab avec les ambulanciers,
ou passer (avec succès) mon oral pour le concours de la fonction publique.

Jules souffre d'une œsophagite avec crise de cyanose.  
Il rentrera à la maison avec un traitement.
Nous serons complètement paniqués les premiers jours,
de peur que ses crises ne reviennent.
Les jours passeront, il va grandir et tous ces jours douloureux vont être derrière nous,
jusqu'à ma prochaine grossesse.

Vous comprendrez peut être pourquoi certains médecins
me disent que son handicap vient peut être de là.


Aujourd’hui, mon bébé a 6 ans !
je te souhaite un très bon anniversaire <3
Ta maman qui t'aime.



Mots Clés : anniversaire 6 ans, accouchement en urgence, césarienne en urgence, péridurale, déclenchement, TED, troubles autistiques, dysharmonie évolutive, julesetmoa

Vous aimerez aussi

6 commentaires:

  1. je pleure en te lisant. Quel courage vous avez eu..
    (euuuh, il s'appelle pas Jules ton petit bonhomme ??)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Courage non car en fait on n'a pas eu le choix et puis c'était pour la bonne cause ;)

      Supprimer
  2. moi aussi j'ai retenu mes larmes car je suis au travail... trop emouvant , ma pauvre vraiment pas facile tu as du bcp souffert pdt le travail. joyeux anniversaire a ton grand garçon <3<3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) on oublie vite car j'en ai fait une deuxième ;)<3

      Supprimer
  3. Très touchant le récit de cette naissance. Je ne trouve pas de mots car suis dans l'émotion.
    Bon anniversaire jules !
    bises à vous...

    RépondreSupprimer