Handicap

Récit d'une opération des Amygdales

Quand son enfant se fait opérer, tout ne commence pas le jour J mais la veille ....

Illustrations - Imaygine


























Dimanche...

... 14h00
Il faut laver les doudous (pour emmener en salle d'opération), les draps du lit, le pyjama (pour après la douche à la bétadine).
On prépare la valise : pyjama, affaire de rechange, carnet de santé, le cadeau pour l'après opération. On oublie les jouets (ou alors des petites choses). Votre enfant sera trop fatigué. 

... 18h30
Il faut savonner de la tête au pied son enfant avec de la bétadine.
On dédramatise : "tiens t'es tout plein de ketchup !" "tu vas ressembler à Spiderman"
Jules a commencé à rigoler, à se badigeonner tout seul .. mais le liquide est froid ... difficile de trouver une parade. On se dépêche du coup. La moitié du flacon doit y passer (faites pas comme moi, j'ai tout mis !). L'autre moitié, emmenez le à l'hôpital.

...19h00
Dernier vrai repas avant 10 jours. Un festin de roi est de donc de mise ! Si votre enfant est un gros mangeur, préparez le surtout.
A la fin du dîner, votre enfant est partie pour un jeûne de 24h ... rien à manger, rien à boire. Curieusement, Jules n'a fait aucune difficulté. Il le savait. Il n'a rien demandé.

Lundi ...

... 7h45
C'est le jour J. Nous sommes déjà prêt. Il ne reste plus qu'à préparer Jules. Il ne dit rien. il ne semble ni soucieux, ni stressé, mais pas très youpi tralala non plus.

...8h15
Nous y sommes. Jules est tout excité. Il court dans tous les sens, à l’affût de toutes les machines, les salles qui l'entourent. J'ai du mal à répondre aux questions de l'infirmière. Je pense que c'est une manière pour lui d'extérioriser sa peur.

...8h30
Jules doit reprendre une douche à la bétadine. La douche est grande mais plutôt glauque. Jules angoisse. Le liquide froid est de trop. Il commence à pleurer, à me supplier. A mon tour, l'angoisse monte.
Nous ressortons de la douche, Jules est de nouveau tout excité (moi je suis détrempée). Il est comptant de pouvoir grimper sur le lit et regarder les dessins animés.

...9h00
Les brancardiers viennent chercher Jules. J'ai le droit de l'accompagner jusqu'à la salle d'opération. Jules ne parle plus. Il regarde tout autour de lui, muet (et c'est rare). Les larmes montent, mais je garde une certaine contenance devant Jules. Les portes se ferment et je me retrouve toute seule dans le couloir.

... 9h15
Me voilà seul dans la chambre. J'en profite pour préparer notre séjour. La télévision avait été prise par le voisin de Jules, donc pas besoin. Je ne compte pas laisser Jules un seul instant. Je commande mon repas "délicieux" du midi à l’hôpital.
Et puis, l'attente commence. J'appelle la famille. Je lis. Je tweete mais la connexion est une catastrophe. Je joue avec mon portable. Le temps semble marcher au ralenti.

... 10h45
Jules arrive enfin dans la chambre. Il a le regard vide. j'ai de nouveau envie de pleurer. Il ne réagit pas. Son énergie habituel semble être partis. Je lui parle, le caresse, le rassure.
Au bout de 15 minutes, il me demande son cadeau. Même ça ne semble pas lui faire d'effet. Il va tout de même le garder contre lui.

Pendant plusieurs heures, il ne va pas cesser de s'endormir et de se réveiller. A chaque fois, la douleur semble trop forte pour lui. Il pleure, m'implore du regard. J'ai encore envie de pleurer.

...14h00
Jules a le droit de prendre des glaçons. Ce sera un échec. Il n'en voudra pas.
Le chirurgien qui l'a opéré passe me voir pour me dire que tout s'est bien passé.

...15h00
Jules accepte de boire de l'eau avec des glaçons. Il prendra une ou deux gorgées. Pas plus.

Toute l'après midi, Jules va vivre dans un état second, entre somnolence et réveil douloureux.
Je sens bien qu'il ne comprend pas ce qui lui arrive. Il arrive en bonne santé, et repars "malade".

...17h00
Jules a le droit de manger une glace. Il n'en voudra pas malgré notre insistance ... je me suis sacrifiée du coup.

...18h30
Un deuxième chirurgien (antipathique) vient observer Jules. il nous annonce que nous pouvons rentrer.
"Oui mais on devait rester nous ??!" Nous n'étions pas préparer à revenir le soir même. Nous étions angoissés de voir notre enfant souffrir autant. Nous avions peur de ne pas savoir gérer. Jules nous montrait dehors ... il voulait partir. Nous avons cédé et avons décidé de revenir chez nous.

A la lecture de l'ordonnance, je m'aperçois que ce fameux chirurgien a donné le seul antibio auquel Jules est allergique (toujours bien vérifié). Notre colère sera d'autant plus forte contre cet homme, compétent (malgré sa boulette), mais inhumain.

...21h00
Nous sommes de retour chez nous. Jules reprend des couleurs, il est heureux d'être chez lui.
Il dormira avec nous, nous voulons être à ses côtés.
Il ne se réveillera qu'une fois dans la nuit et boire deux belles gorgées d'eau.

Mardi ...

Cette journée sera dure à vivre pour Jules.
Il a faim, mais a peur dès qu'une cuillère s'approche de sa bouche. Il ne veut plus parler.
Il arrivera à avaler un mister Freee... vers 14h30, après grande insistance.
A 17h00, il engloutira 4 danettes, pour mon plus grand bonheur, et recommencera à parler.

La nuit sera un peu plus agitée. Les cauchemars s'inviteront.

Mercredi ...
J'ai l'impression de revivre la journée d'hier. Il ne parle plus, ne veut plus parler.
Et puis, il accepte de nouveau à manger. Pour la première fois, il mangera une purée de légumes.
Nous sommes sur la voie de la guérison.

Durant 10 jours, Jules n'aura pas le droit de manger du pain (et tout aliment pouvant réouvrir la plaie), du poisson et des pommes de terre. Il rêve de pizza, de frites, de brochettes, de pain, ...
Nous lui avons déjà promis qu'il choisirait son menu durant une semaine quand tout serait fini.


Tout ça pour dire que lorsque nos enfants ont mal, nous aussi ont a mal. Nous sommes impuissants face à leur douleur. Nous nous sentons coupables de leur infliger une telle douleur, alors qu'ils n'ont rien demandés.
Le monde s'écroule autour de nous. Les minutes sont des heures. Mais twitter m'a aidé à les vivre.

Si votre enfant doit se faire opérer, sachez le, il va souffrir. Il ne mangera pas tout de suite, tout comme nous, si cela devait nous arriver. On s'inquiète, on se dit qu'il doit y avoir un problème. En réalité, il n'est rien de tout ça. Il faudra être patient, courageux. Et ça passera.

Jules est redevenu cet enfant plein de vie, qui parle sans cesse, heureux de vivre.
Je ne peux pas dire encore si cette opération était vraiment nécessaire. Seul le temps nous le dira.....

Mots Clés : opération des amygdales, opération d'un enfant, déroulement d'une opération des amygdales, comment gérer une opération




Ces billets devraient te plaire

4 commentaires:

  1. Quel courageux bonhomme !
    Quelle courageuse maman !
    Le plus dur est derrière vous ! bises à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup :)tu as raison c'est du passé heureusement !!! Xxxx

      Supprimer
  2. Bonjour,

    J'ai lu votre post car justement mon fils doit être opéré demain matin! Il a 3 ans et maman est morte d'angoisse! J'ai évidemment tout préparé pour demain mais j'ai peur d'oublier quelque chose!

    De plus je souhaitais le doucher à la bétadine rouge mais voilà que mon fils a renversé la totalité de la bouteille dans la douche. Il en reste un tout petit fond (à peine une noisette).
    Je l'ai tout de même utilisée mais je pense que ce ne sera pas suffisant!!!

    Pensez vous qu'il m'en donnerons d'autre à la clinique demain matin? Et est-ce grave s'il n'a pas eu sa douche avec la moitié du produit tel que cela m'avait été préconisé?

    Bref dans ces moments là, bien qu'on sache éperdument que nous ne sommes ni les 1ers ni les derniers, nous nous sentons vraiment seuls au monde..... pfff.

    Est- ce que votre fils a mit du temps à se remettre?

    Cordialement Bérangère

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Bérangère,
      Dites à la clinique ce qui s'est passé, je suis sure qu'ils vous en fourniront. Au pire, vous devrez peut être lui faire prendre 2 douches à votre arrivée.
      Jules a mis 2 jours pour commencer à avaler quelque chose. Il a repris un appétit normal au bout de 4 jours. Cela a été surtout dur moralement pour lui : je pense qu'il n'a pas compris pourquoi il avait si mal et quel était l’intérêt de cette opération.

      C'est normal de se sentir seul et un peu perdu, surtout si l'on n'est pas des habitués des hôpitaux. Vous risquez de vivre quelques jours un peu difficile mais il oubliera très vite.

      Bon courage à toute la famille.
      Caroline

      Supprimer