Enfants Handicap

Les réunions se suivent et se ressemblent ..


La semaine dernière, première réunion ESS (Equipe Suivi Scolarisation).
Et oui, encore une nouvelle appellation !

Pour la petite histoire, au départ on l’appelait réunion de l'équipe éducative
mais dès que l'enfant est déclaré Handicapé et a une AVSi, le nom de la réunion change...
mais pas les intervenants, ni l'objectif !

Cette année, il y a un peu de changement :
une nouvelle maîtresse, une nouvelle référente scolaire,
et une des éducatrices du groupe où va Jules est présente.

D'une manière générale, les professionnelles sont unanimes pour dire que
Jules fait énormément de progrès !
Il parle de mieux en mieux, possède un très bon vocabulaire,
même s'il n'est pas forcément adapté aux enfants de son âge.
Forcément, quand on connait toutes les significations du mot punaise,
et qu'on les cite, ça peut surprendre (coucou D. :))

Après, ils sont unanimes aussi pour dire qu'il faut le remobiliser tout le temps,
avec plus ou moins de fermeté. Son attention laisse à désirer, mais ça n'est pas une surprise.

Au passage, j'ai eu le droit au "quand c'est vous qui le conduisé à l'école, ou chez l'orthophoniste,
nous avons beaucoup de mal à le remobiliser"
Culpabiliser la maman, ça c'est fait !
Au bout de 5 minutes de réunion, j'avais déjà envie de pleurer (ah ces hormones ;)

Après, il y a tout de même des discours différents...comme d'habitude, d'ailleurs ...
L'orthophoniste n'a pas du tout la même vision de Jules que la maîtresse,
ce qui crée une tension palpable entre les deux femmes.

Et on s'aperçoit hélas que la nouvelle maîtresse est comme la précédente ...
J'aurais du m'en douter, mais mon envie d'avancer, d'espérer était plus forte.
Nous voulions y croire au changement !
Elle fait des efforts, essaie de comprendre,
mais ne pas bouleverser sa classe semble le plus important.

Certes ça n'est pas évident, certes il est difficile de faire comprendre aux autres enfants
la différence, le passe droit qui pourrait être fait.
Mais zut ! (oui ici aussi je mesure mes paroles), cet enfant a besoin d'aide !
Ils ne sont que 18 dans la classe, mais tout changement semble insurmontable.

Le psychologue scolaire a très bien cerné Jules
mais sans demande de l'école (et de la maîtresse) il ne peut intervenir dans la classe.
Il lui a tout de même donné des pistes, demandé certaines choses,
mais on sent toujours un côté réfractaire.

D'un côté, nous avons encore les professionnels qui ne voient que
l'intégration de Jules, par rapport à ses camarades,
de l'autre, la maîtresse qui ne pense qu'à son programme.

Jules a une fascination pour les lettres, la lecture en ce moment.
Sauf qu'en grande section, on apprend la numération et le graphisme.
Jules ne s'y retrouve donc pas.

Je pourrais écrire, et écrire encore sur cette réunion, sur ce que j'ai ressenti,
mais, il faut que je le termine ce billet.
Maintenant je ne suis plus en colère, je suis juste lassée de ces gens,
encrés dans leurs habitudes, dans leur stéréotype.
On attend de lui tellement de chose la journée,
que je commence à comprendre pourquoi le soir, nous n'arrivons à rien (ou presque).

La prochaine réunion a lieu en février. Je ne sais pas ce qu'elle donnera,
mais je vois déjà un changement dans le comportement de la maîtresse,
un certain agacement.
Oui mon fils est différent, oui je demande plus de choses,
oui les professionnels sont en attente également de changement,
C'est comme ça.
Cela fait partie aussi du rôle des enseignants.
Mais il semblerait qu'on ne leur ai pas dit.

On va donc attendre et voir ....

Ces billets devraient te plaire

6 commentaires:

  1. Bonjour Caro,
    Si le psy scolaire ne peut pas intervenir peux-tu demander un intervenant dans la classe à la MDPH ? (pas avsi un enseignant spécialisé)

    Le changement que tu espérais, nous ne l'avons connu que le jour où notre garçon a changé d'établissement... J'ai fini par ne plus les entendre, ne plus ouvrir ses cahiers, ne plus me battre pour ses devoirs, et ça m'a fait beaucoup plus de bien que de faire le point avec des harpies. Je passais plus de temps avec sa prof de poterie, son orthophoniste, sa psychomot à parler de ses progrès et de son bien être, qu'avec des gens qui ne savaient dire que : immaturité, fainéantise, mère poule et qui niaient jusqu'à l'existence de sa maladie (il parait que c'est à la mode d'avoir ces maladies... Tu l'entendras peut-être un jour celle-la aussi).
    La tension enseignant-orthophoniste, c'est quand même très courant! Et révélateur aussi.
    Courage c'est les vacances, 15 jours sans les voir à te recentrer sur l'essentiel gâteaux, sorties, rigolades :)
    Tif

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tif. tes commentaires me font toujours du bien.
      En effet, il faut passer outre et je crois que je n'ai pas encore réussi à passer ce cap ! mais je en désespère pas. le changement d'école pour nous va peut etre se faire, je vais demander qu'il rentre en CLIS.
      Le parcours de ton fils me donne de l'espoir. je suis ravie pour toi que tu ai franchit cette période difficile.
      Bises caro

      Supprimer
  2. coucou

    En tant que maman je comprends ton point de vue et c'est normal de vouloir le meilleur pour ses enfants. Après pour avoir travaillé dans une école je peux dire que les profs ne sont ABSOLUMENT pas préparés à ça. Je sais que c'est frustrant surtout que avec seulement 18 élèves et une AVSi elle devrait pouvoir s'adapter vu que des moyens lui ont été donné. Maintenant c'est comme partout il y a des gens qui tirent les élèves, TOUS les élèves, vers le haut et ceux qui se contentent de faire leurs leçons et aux élèves de suivre... J'espère que malgré tout cette année sera bénéfique à Jules :-)

    sinon j'avais une pitite question, c'est quoi cette histoire d'hormones? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Kaetline.
      En effet les profs ne sont pas formés et vu le nombre de handicap qu'il existe ils ne peuvent pas tout connaitre. Après, je trouve qu'ils sont trop formatés et surtout plus attentionnés à leur programme qu'à l'enfant en lui même. C'est dommage.
      Pour les hormones, non je ne suis pas enceinte mais j'en parle ici http://www.bluesblogueurs.fr/plus-quun-baby-blues/
      Bises

      Supprimer
  3. Ouf, c'est ma fête !! Meuh non, promis, la plupart des enseignants que je connais, je vous le jure, font de leur mieux !! Après, on n'est pas assez formé, ça c'est une évidence !!
    Quant aux programmes, c'est sûr, c'est une préoccupation, mais on a du monde sur le dos aussi si on n'assure pas de ce côté là... ne vous découragez pas, le plus dur, c'est d'établir la communication !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. lol c'est vrai que les maîtresses de Jules en prennent pour le grade mais c'est parce que je sais qu'il existe des supers enseignantes ailleurs !
      La communication est en effet le plus gros problème. J'ai beau brosser dans le sens du poil, leur faire des compliments, les plaindre aussi .. rien n'y fait !

      Supprimer