Moa

Un peu de Moa ...

25 septembre Jules etmoa 18 Commentaires

C'était il y a deux ans...
Nous venions de rencontrer les premiers spécialistes
nous annonçant que Jules avait des troubles.

Nous ne savions pas encore lesquels,
mais nous savions que TOUT ne venait pas de notre éducation.
Pour moi, c'était un soulagement.


Avant d'avoir des enfants, je pensais naïvement,
qu'avec de la fermeté, des règles, les enfants auraient filés droit !
Mais c'était sans compter sur leur caractère, avec lequel on doit se battre chaque jour.

Pour nous, il faut nous battre en plus avec cet handicap.
Jusqu'à présent, je pensais que je l'avais accepté,
que vivre avec un enfant différent faisait partie de mon quotidien.
Certains enfants ont des handicaps tellement lourd,
que je me disais que j'avais de la chance dans mon malheur.

Et puis dimanche, je me suis pris une claque.
En plein repas entre amis, je me suis rendue compte que cet différence me rongeait.

Je ne pense qu'à ça.
Chaque jour, un enfant, une maman, me renvoie face à cet handicap.

Toutes mes conversations finissent par parler de TED, d'handicap, de différence.
Doucement, ce mal me ronge, sans m'en rendre compte, mon moral en pâtit.
Je suis obnubilée par ça, cherchant une solution (miracle)
au travers d'autres parents via les forums.
Mais je constate que l'on est et que l'on reste perdu...
que nos enfants aient 5, 10, 15 ans,
nos enfants seront différents.
Les stéréotypes ne s'appliqueront jamais à eux.

Ces derniers temps, la vie familiale est difficile.
P'tit Loup, 2ans1/2, est en pleine phase d'opposition ... normal.
Jules a décidé de faire la sienne du coup .... mais avec son vécu de petit garçon de 5ans.

La maison est souvent remplie de cri (y compris de nous), et moins de rire.
Les enfants sont proches .. trop., au point de réagir tel des jumeaux (du moins j'imagine).
J'aime à dire que la mayonnaise prend bien, trop bien.
Nous sommes souvent dépassés par leur crise.

Mon côté optimiste me fait dire que ce n'est qu'une période,
que la famille va prendre ces marques,
que Jules progresse, grandit, tout comme P'tit Loup.

N'empêche qu'en ce moment, je me sens perdue, fatiguée....
Je cherche encore un épanouissement professionnel,
et l'épanouisssement familial est difficile à trouver.

Mais va t'on en trouver un ??
J'ai l'impression qu'on ne sortira jamais de cette spirale,
que notre vie est vouée à être,
telle les montagnes russes,
fait de haut et de bas.

------

Vous aimerez aussi

18 commentaires:

  1. Je comprends ce que tu vis ! Il fput un temps où je passais cette période difficile, et malgré ma sérénité du moment, je me prépare déjà psychologiquement aux nombreuses périodes "creuses" que j'aurais à affronter conséquemment aux troubles de mon aîné. Courage ! Tu n'es pas seule. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  2. Notre 2ème est différent. Sans doute pas autant que peut l'être le tien.
    Il nous est difficile de faire le deuil de l'enfant rêvé. De faire le deuil de notre vie de famille telle qu'on la voyait.
    Nous sommes dépassés par les émotions, les cris, les pleurs.
    Je veux croire que les choses vont s'améliorer. Avec le temps, de l'énergie.
    Il faut y croire aussi pour ta famille. Ils vont grandir. D'autres choses vont se mettre en place.
    En tout cas, j'ai cet espoir.
    Chiawaze

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de cet espoir que tu me transmets par la même occasion. Je pense par contre que, quelque soit la différence de son enfant, elle est difficile à supporter car comme tu le dis, on doit faire le deuil de l'enfant rêvé.
      Merci d'être là <3

      Supprimer
  3. Clementine Lachambredebebe25 septembre 2012 à 14:27

    Juste ♥...je ne sais pas faire grand chose d'autre et quand même pas mal d'admiration pour ce que tu fais; mine de rien : boulot, maison, enfants, mari, digital mum...dans le désordre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci c'est déjà beaucoup.
      Je ne fais pas plus que les autres car j'ai la chance d'être bien entourée.

      Supprimer
  4. Fut un temps où je le voyais grandir avec ses copains du même âge ou les enfants d'amis et où je me prenais des grandes baffes... Et puis les prises en charge ont commencé à faire effet (c'est lent, long) et cela m'a soulagée en partie. Il n'y a que maintenant, à la 4ème rentrée avec rééducation, que je me sens mieux et que j'ai une grande confiance en lui malgré ses troubles. Je ne regarde plus les autres enfants du même œil. Je crois que c'est important de prendre du recul par rapport aux autres, nos enfants sont incomparables, nous vivons autre chose mais la différence est très enrichissante ! Nous ne pensons pas à son avenir, nous voyons les progrès accomplis chaque jour et sa persévérance à la tâche et cela nous comble, le temps fera le reste :) Tif

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tif pour ce message d'espoir. Je pensais vivre ça mais pas encore en fait. J'ose espérer atteindre "la sereinité" que tu sembles avoir atteins.
      Merci pour ces mots. A bientôt

      Supprimer
  5. Il y a des moments dans la vie ou on a l'impression que rien ne va. mais j'aime penser que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort
    plein de courage pour toi, pour vous. ¨Demain¨ sera meilleur..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'essaie de pense ça aussi ... je relirais vos paroles dans les moments de blues <3

      Supprimer
  6. Je t'envoie tous les bisous de réconfort qu'il est possible de faire passer via internet!
    Certaines phases ne sont pas faciles, mais ça passera. L'automne qui arrive te plombe, mais compte sur nous pour (tenterr de) te redonner le sourire!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais que je peux compter sur les BB ! Merci d'être là <3

      Supprimer
  7. courage, tu sais qu'il y aura toujours des moment de découragement mais dis toi bien que tu as des enfants merveilleux et encore plus un enfant "extraordinaire" et tu veras que c'est lui qui te fera reprendre du courage :)
    bises
    dany

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci <3 tu as raison et je le sais en plus !! mais n'empêche que nous sommes beaucoup de parents à ressentir ça (même sans le handicap).
      On nous l'avais pas dit quand on est devenu parent !! :p

      Supprimer
    2. oui c'est vrai, de toute façon quand on ne rentre pas dans le moule de la société, il y aura toujours quelqu'un pour te faire la remarquer!!!! mais faut rester positif en trouvant des petits moments agréables et je te fais confiance pour ça, et surtout fais moi confiance pour en trouver :D
      dany

      Supprimer
    3. Mais heureusement que tu es là d'ailleurs ! tu fais partie de mes remontes moral (The first) .. merci d'être là d'aileurs <3

      Supprimer
  8. joli billet bien ecrit je n'ai pas de solution a te trouver mais pour te rassurer chez moi ya des hauts et des bas dans notre vie de fmaille et ça vient du comportement des enfants car on doit les recadre ok on a pas l'handicap a gerer en plus mais c'est pour ta rassurer chez moi aussi c'est comme chez "toa"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sophie.
      Même sans handicap, les enfants ont le chic de nous faire tourner en bourrique.
      Chaque famille vit son quotidien plus ou moins facilement
      Dur d'être parents.

      Supprimer