Handicap

Projet de vie ...

Le projet de vie ... mais qu'est ce que c'est???
Je trouve cette formule très belle...
Projet de vie, synonyme d'avenir !
Sans savoir, comme ça, on aurait tous envie d'en faire un Projet de vie,
Rêver à ce que nous voudrions, pour maintenant, pour plus tard,
Pour nous, pour nos enfants.



Sauf que le projet de vie, c'est ce texte
que nous devons remettre avec ce formulaire
pour que nos enfants puissent être accompagnés d'un AVS à l'école.
 Et au delà de cette belle expression, cela signifie surtout,
que nous demandons que notre enfant soit reconnu handicapé.

C'est difficile de se dire que notre enfant, si petit,
va déjà être classé, étiqueté, avec ce terme handicapé.
Certes, cela ne sera peut être qu'un temps  ...
mais même en sachant ça, 
lorsque l'on veut y croire, 
espérer que cette différence disparaisse,
ou du moins ne soit plus si perceptible,
on ne peut s'empêcher d'avoir la boule au ventre,
les larmes aux yeux,
face à ce document ...à cette demande.

Aujourd'hui, je viens enfin d'écrire ce projet de vie pour Jules.
Cela faisait plusieurs mois que je devais m'y mettre.
Je ne pensais pas que cela me poserais tant de difficultés.
Inconsciemment, cette demande fait partie des tournants
de la vie de Jules et de nous forcément.
Accepter et reconnaître que notre enfant est différent,
qu'il ne vivra peut être jamais une scolarité normale,
une vie normale.

On  fait cette demande en ayant toujours l'espoir
qu'un déclic va s'opérer,
que les progrès vont être fulgurant ...
Mais au fond, on sait ..
on sait qu'il ne sera jamais comme les autres.

Pour toutes les mamans, qui doivent écrire fameux projet de vie,
je vous invite à aller su ce site
où une aide à la rédaction nous facilité cette exercice,
au combien difficile.

Et l'on n'oublie pas le clic du jour pour que JulesetMoa devienne le blog du mois sur magicmaman et maintenant sur famili !!

Ces billets devraient te plaire

3 commentaires:

  1. Ca n'a pas du être facile mais heureusement que tu as trouvé un site pour t'aider dans les grands lignes bise et j'ai voté

    RépondreSupprimer
  2. Très intéressant, d'avoir le point de vue de la maman parfois désarmée devant l'école... Je suis maman d'enfants qui ne font pas parler d'eux et j'ai conscience de ma/leur chance, et je suis maîtresse parfois de cas particuliers... Ce qui est sûr, c'est que l'étiquette, si elle douloureuse, "officialise" une chose contre laquelle on voudrait lutter... Mais qui existe en général déjà de toutes façons dans la réalité même si elle n'est pas encore collée pour de vrai. Mais cette étiquette donne des droits et des possibilités nouvelles aussi. C'est bien pour accompagner l'enfant, l'enfant a un interlocuteur de plus pour se faire entendre de la maîtresse qui a souvent 25 voix d'enfants qui réclament chacune son attention toute pleine... qui a souvent un manque dans sa formation face à ces situations, et c'est bien dommage ! L'avs peut recueillir bien des informations et en parler au calme ensuite avec l'enseignant et/ou avec l'enfant, les parents... C'est souvent trop peu, le temps avec l'avs ! C'est vrai, de ma petite expérience, la différence persiste, mais elle est souvent jolie aussi et les enfants savent donner de jolies leçons de vivre ensemble, respect... et j'ai vu aussi des "retours" réussis dans un cursus normal, et j'ai vu (je pense à une élève que j'affectionnais vraiment beaucoup) une élève tristoune et si gentille avant, et s'épanouir si bien après ! C'est pas que de la marginalisation, facile à dire, quand on n'est pas concerné... je sais... mais bon, je le pense... Une maman est venue une année vers moi, pour un rendez-vous, avec un thermos de thé de compétition, des brownies maison, et le dossier de son enfant... Elle m'a si bien expliqué les choses que je ne connaissais pas (j'aurais écouté aussi sans les bonus culinaires, hein...), on a pu avancer main dans la main sans les incompréhensions mutuelles trop fréquentes entre l'enseignant et le parent quand il y a un "cas particulier". La maîtresse aussi, est parfois désarmée quand elle pense avoir mis tout son coeur dans la prise en charge d'un élève que souvent, elle aime sincèrement, et que ça n'ait pas l'air d'être perçu... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est hélas ce que je regrette pour Jules : ce manque de cohésion entre nous et l'école. Certes, je ne viens pas avec des gâteaux, mais j'essaie toujours d'expliquer, de leur dire que je sais que pour eux c'est difficile. Mais pour que cela fonctionne, il faut avoir une personne ouverte en face et c'est pas le cas. Peur du jugement peut etre, de porter des accusations sur leur travail : sauf que ca va au delà de ça.
      Pour la différence, il est vrai que Jules est considéré comme un enfant attachant car souriant, et jamais dans la colère. On aime :)

      Supprimer